Manifeste des espèces compagnes
Manifeste des espèces compagnes
Manifeste des espèces compagnes
Manifeste des espèces compagnes

Manifeste des espèces compagnes

Chiens, humains et autres partenaires. Ce n’est que dans notre relation à l’altérité que nous pouvons nous définir. Là est le propos de cet essai très personnel sur les attachements multiples et interspécifiques qui se créent avec les chiens et d’autres espèces compagnes. D. Haraway raconte Roland, chien “mélangé”, ou Cayenne, chienne berger australien avec laquelle elle pratique l’agility. 168 p.

16,11 €
En stock

Les espèces compagnes construisent leurs relations autour du respect, de la confiance et de l’attention mutuelle.

Titre original : The Companion Species Manifesto: Dogs, People and Significant Otherness, 2003

Nouvelle édition : janvier 2019

Collection : Climats

Editeur : Flammarion

Préface de Vinciane Despret, traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Jérôme Hansen

  • Format : 135 x 210 mm
  • ISBN : 9782081451483

Être présent au monde, apprendre à vivre avec nos histoires à mesure que nous en prenons connaissance, agir dans une succession de mondes émergents, voici le souhait que formule Donna Haraway, voici la forme alternative d’amour qu’elle évoque au détour de ce court et dense manifeste. Cet amour nécessitera également la création d’un nouveau champ de vocabulaire, d’autres pronoms (ainsi qu’il en a été nécessaire pour l’éventail des identités de genre), faisant honneur à l’ensemble des relations de parenté au sein du monde cynophile, et à celui plus général des espèces compagnes.

Donna Haraway trace, discrètement, au cours de son manifeste, une éthique pour vivre ensemble à l’usage d’espèces dépendantes les unes des autres, une éthique qui parle de responsabilité les uns envers les autres, d’obligations envers ceux avec qui nous partageons la planète et à qui nous devons ce que nous sommes ; d’attention disciplinée, de gestion du comportement ; de respect et de confiance mutuels en tant que règles fondamentales dans le dressage et le travail, relâchant ainsi les chiens de la pression névrotique d’un amour inconditionnel pour placer leur valeur non sur un commerce affectif, sur un fantasme douteux, mais sur leurs qualités propres, ainsi que la survie d’une économie rurale. Les intérêts spécifiques des chiens doivent y être considérés au même titre que ceux des humains, afin de bénéficier, au cours d’activités partagées, d’une satisfaction due à l’effort, au travail, à la réalisation d’un potentiel concrétisé au cours d’un dressage qui mériterait plutôt le nom d’apprentissage relationnel, au cours duquel tous les participants se trouvent transformés.

(Extraits de Berthine Webzine, juillet 2019)

Référence TCSM-FL